Vincent Ganaye

En forêt de Retournemer

16 Décembre 2008, 13:59pm

Publié par vincent ganaye





C’est un jeu d’adresse et le moindre faux pas sous les branches vous fait héritier d'un bon paquet de neige qui viendra se glisser (toujours par magie) dans votre cou pour fondre entre les omoplates. …Il faut bien mériter son diplôme d’explorateur et réveiller ce plaisir toujours intact de parcourir les forêts métamorphosées à l’entrée de l’hiver.







La chaume du Bas Chitelet au pied des pistes de la Vologne







Ce panda Vosgien… doit sûrement dormir!





Tenue de soirée exigée !










Voir les photos panoramiques du Bas Chitelet sur le site





Commenter cet article

Aurore 04/01/2009 19:24

des paysages que je n'ai pas vu depuis bien longtemps...magnifiques photos!

Martine Schnoering 28/12/2008 17:05

Un bonjour d'une exilée à Givors, entre Lyon et St Etienne (chez mon fils). Je ne profite guère de la nature qui, ici, doit également être magnifique et je viens respirer une bouffée d'air pur sur ton site ! A bientôt, Vincent.

Martine Schnoering 22/12/2008 18:50

Douce laine du ciel, belle fleur des nuées
Beau lis, qui de l'hiver méprise les gelées,
Neige qui te nourris au milieu des deux airs
Epanche tes trésors sur ces tristes déserts ;
Donne-nous largement ces feuilles argentées,
Qui te sont chaque jour par l'aquilon portées ;
Ouvre tes beaux palais et donne un vêtement
A nos champs dépouillés de tout autre ornement.
On dit que cet argent que tu jettes en larmes
Renferme dans son sein quelques esprits de flammes ;
Que tu n'as de froideur que pour l'attouchement,
Et que la terre en toi trouve son aliment ;
Que lui pressent le flanc de tes eaux tempérées,
Tu remplis de pur sang ses veines altérées ;
Viens donc, riche toison, rare essence de l'eau ;
Inonde nos guérets d'un fertile ruisseau.

Ah ! Nymphe, je te vois, qui d'une main d'ivoire
Ouvre à nos désirs les pompes de ta gloire ;
Je vois qu'en te jouant tu fais de pelotons,
Que de ton beau métal tu forges des jetons,
Que prodigue sur nous à l'instant tu les sèmes,
Faisant voir par tes dons à quel point tu nous aimes.
Ah, tout l'air est rempli de papillons perlés ;
Partout on voit blanchir ces fantômes ailés.
Comme leur danse est belle ! Et comme leur albâtre
Virevolte par l'air roulant d'un pas folâtre !
Comme ils vont se heurtant, sans se faire nul mal !
Comme en frères parfaits ils se traitent d'égal !
Comme sur le terrain l'un à l'autre s'abouche !
Comme ils font étendus une agréable couche !

Bussières. Descriptions poétiques. Lyon, 1649.

D'après http://florizel.canalblog.com/tag/neige

vincent ganaye 22/12/2008 21:17


Bussières, j'ai un vieux bouquin qui me remet son nom en souvenir. Des accents très lyriques mais un propos naturaliste aussi (l'époque de l'observation) "que la terre trouve en toi son aliment…
essence de l'eau"…c'est vrai, la neige, on l'oublie, est une vraie manne nourricière pour les sols, bien plus intéressante que les pluies, un tiers de la neige pour la terre, les deux tiers du
manteau pour le ciel, en évaporation… la part des anges des poètes sans doute !


BDF 22/12/2008 07:45

L'hiver est bien parti dans notre massif, espérons que cela va durer. J'aime ces saisons bien marquées qui contrastent formidablement bien dans notre region au climat presque continental. Le Chitelet et sa chaume, un endroit qui me donne envie d'y retourner, dommage qu'il y ait là-aussi des pistes de ski et l'afflût touristique qui va avec. Le seul problème dans les Vosges en hiver, c'est bel et bien ce maillage de déboisements en longues bandes ornées de poteaux sur lesquelles fourmillent des humains avec des drôles de planches aux pieds, prenant un plaisir fou en glissant sur la neige tout en braillant sans modération pour exalter leur satisfaction. Le pire, c'est à la nuit tombée, en fin d'après-midi, les fameuses nocturnes, toujours plus de pistes nouvellement éclairées, et toujours plus de perturbation pour la faune environnante qui doit bien se demander ce qui se passe. Il ne manque plus que les gros canons à neige et les dameuses pour arriver au paroxysme du grand tourisme hivernal vosgien. On veut peut-être rivaliser avec les Alpes, mais notre massif est si petit. La Bresse continue à construire des infrastructures, une nouvelle construction au col du Calvaire est aussi en projet, les pauvres instances du parc naturel, ils doivent en subir des pressions. Tout pour le tourisme, mais on garde encore de l'espoir grâce à ceux qui conservent une petite pensée pour la naturalité de notre montagne. Si seulement ils avaient plus de pouvoir, le contre-pouvoir de l'argent.

vincent ganaye 22/12/2008 10:01


c'est bien le problème du massif, beaucoup trop petit et au coeur d'un grand Est très peuple et en quête de sensations fortes en toutes saisons. Parions sur la prise de conscience de tous les
nouveaux amateurs de nature et notamment des jeunes générations qui devront relever ces nouveaux défis de l'équilibre entre préservation et découverte. Le seul médiateur ne sera que le respect du
vivant.… ce sera dur mais pas impossible


Philippe 17/12/2008 22:04

Ils doivent être jaloux dans les Alpes de voir toute cette bonne neige dans nos Vosges...