Vincent Ganaye

Résidences hivernales

12 Mars 2009, 21:16pm

Publié par vincent ganaye


Malgré notre empressement à fouler la verdure des grands prés, le printemps ne sonnera pas en précipitation les funérailles d’un hiver cousu d’abondances.
Entre le jaune citronné des saules et les bouquets vert amande des chatons du noisetier, les beaux jours tentent leurs premiers galops d’essai au pied des ballons et, sur les sommets, les pointes sanguines des bourgeons des hêtres d’altitude se déploient, telles des lances, pour braver ces ultimes assauts glacés.

Lumières d'une fin de journée, sur le secteur des Trois Fours.








































Commenter cet article

Martine Schnoering 16/03/2009 00:28

Pour toi, qui photographies beaucoup les sapins :

GUILLAUME APOLLINAIRE


LES SAPINS

Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus
Les bateaux qui sur le Rhin voguent

Dans les sept arts endoctrinés
Par les vieux sapins leurs aînés
Qui sont de grands poètes
Ils se savent prédestinés
A briller plus que des planètes

A briller doucement changés
En étoiles et enneigés
Aux Noëls bienheureuses
Fêtes des sapins ensongés
Aux longues branches langoureuses

Les sapins beaux musiciens
Chantent des noëls anciens
Aux vents des soirs d'automne
Ou bien graves magiciens
Incantent le ciel quand il tonne

Des rangées de blancs chérubins
Remplacent l'hiver les sapins
Et balancent leurs ailes
L'été ce sont de grands rabbins
Ou bien de vieilles demoiselles

Sapins médecins divaguant
Ils vont offrant leurs bons onguents
Quand la montagne accouche
De temps en temps sous l'ouragan
Un vieux sapin geint et se couche.

renee christian :0027: 15/03/2009 11:10

Ancienne lorraine de Gerbéviller (54) près Lunéville je suis en admiration devant vos panoramas , les Vosges étaient le lieu de mes vacances à la neige , je prenais le bus à 4 ou 5 heures du matin et je rentrais le soir par le même moyen et la journée au Ventron ou ailleurs m' a laissé un souvenir inoubliable . Merci à vous pour ce beau rappel vosgien.

Gros bisous depuis Marseille de :

Mamiekéké et Cricri d' amour .

vincent ganaye 15/03/2009 22:17


merci pour votre message.
je pensais que les vosgiens se levaient de bonne heure mais je ne savais pas qu'ils étaient coiffés à la pendule par cette passion Gerbévilloise à profiter de la neige des Vosges. c'est courageux
!
Profitez du soleil de Marseille et gardez-nous…  au chaud…  quelques rayons !
Vincent


BDF 14/03/2009 14:35

Tu te focalises sur les rameaux de conifères, et bien sûr encore et toujours cette neige glacée qui n'en finit plus d'envahir notre champ de vision. J'aime l'hiver quand il est mordant, quand il suscite l'agacement, l'impatience de le voir disparaître pour qu'il laisse la place à l'explosion de la vie. Elle ne va pas tarder à s'imposer, cette renaissance, pour notre plus grande satisfaction. Ma photo préférée, la toute première de la série, un premier plan bien éclairé sur un fond sombre de silhouettes de sapins pectinés.

vincent ganaye 15/03/2009 22:29


Et patientons jusqu'à la première quinzaine de mai, pour marier, au pied du hohneck, sur une seule photographie le vert du printemps et les dernières neiges accrochées au flanc de la montagne …


Martine Schnoering 13/03/2009 10:40

(je joue les Philippe) Nous avons une faim de loup pour la dégustation des petits chatons et petits bourgeons, le soleil et le ciel bleu, le chant des petits oiseaux, le murmure des ruisseaux emportant enfin vers la mer ces masses de neige glacée ! A bientôt cher Vincent, ça me fera bien plaisir de te revoir. En attendant, je continue à réfléchir pour un nouveau matos.... Merci pour ton aide.

vincent ganaye 15/03/2009 22:40


qui, en octobre on espère, et qu'en avril nous désespère … la neige, bien entendu !