Vincent Ganaye

des verts prés de Menée

26 Juillet 2011, 18:15pm

Publié par vincent ganaye

 

Vercors - col de Menée

 

Pour éclairer (de bleu) juillet…  panorama d'un soir du haut du col de Menée. Le col de Menée (1457m) marque la frontière entre l'Isère et la Drôme et constitue la séparation naturelle entre les paysages du Trièves (sud de l'Isère) et du Diois qui conduisent vers la provence.

Et si vous disposez encore de temps pour parcourir l'abondance verte, riche et sauvage, de ces belles prairies d'altitude…

 


  col de Menée

voir le panorama 360

 

 


Commenter cet article

Philippe 26/07/2011 21:08


Hello Vincent. Jusqu'où faudra t'il aller pour arriver à photographier de tels paysages ? Le ciel bleu est plutôt rare en Lorraine ces derniers temps et contrarie un peu mes vacances, moi qui ai
décidé de ne pas aller encombrer les plages bondées de la côté d'azur ... Serais tu à la traque aux loups dans le Vercors ? Moi je guette celui (ceux ) des Vosges. J'ai repéré une empreinte, mais
chut, je ne peux pas dire où.


vincent ganaye 27/07/2011 09:13



Salut Philippe, Un jour de soleil sur ces trois jours en Vercors, c'est presque un luxe… Quant au loup du Vercors, il a sans doute de meilleurs raisons d'y séjourner que dans les Vosges car ces
contrées sont un vaste garde-manger. Tu as raison, taisons-nous car il y a trop de fusils chargés. Et que dirais-tu de quelques ours bruns pour pimenter nos randos ? A bientôt, Vincent



BDF 26/07/2011 20:16


Quel superbe paysage. J'imagine ton exalatation à parcourir cette région montagneuse qui te change un peu de ton massif à faibles bosses.


vincent ganaye 26/07/2011 21:57



Salut Bertrand ! Exactement, ces paysages, c'est comme une cerise sur le gâteau… et j'ai la même perception que la tienne. Nos "petites Vosges" sont effectivement un territoire beaucoup plus
exigeant, dans le temps,  en photographie, mais je me dis que c'est une belle école.
Et ces autres rendez-vous avec la montagne deviennent alors comme des exercices "symphoniques" naturels et limpides… Bien amicalement, Vincent